14ème réunion du partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC) : les partenaires de plus en plus mobilisés

Organisée par la Facilitation des Etats-Unis d’Amérique et la République du Congo, avec l’appui financier des membres du consortium, notamment la Norvège et l’Allemagne et l’accompagnement de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), la  14ème réunion des  partenaires/conférence d’ancrage du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) s’est tenue  à Brazzaville, du 08 au 09 octobre 2014. Placée sous le thème central « Opportunités et Défis: Climat et utilisation des terres dans le Bassin du Congo», la cérémonie d’ouverture de la 14ème cette réunion du PFBC était présidée par M. Firmin AYESSA, Directeur de Cabinet du Président de la République du Congo, en présence de leurs excellences Madame Amane Rosine BAIWONG DJIBERGUI, Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement du Tchad, Présidente en exercice de la COMIFAC ; du Dr Daniel REIFSNYDER, Sous-secrétaire d’Etat à l’Environnement des Etats Unis d’Amérique, de Stéphanie S. Sullivan, Ambassadeur des Etats Unis d’Amérique au Congo; de Crispin SANGALE RONDO, Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) ; de Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du développement Durable de la République du Congo ; de Matthew CASSETA  Facilitateur du PFBC ; de Bavon N’SA MPUTU ELIMA, Ministre de l'Environnement, de la  Conservation de la Nature et du Tourisme de la République Démocratique du Congo ; et de Madame Isabelle GAUDEILLE,  Ministre des Eaux et Forêts et pêches de la République Centrafricaine.

La 14ème réunion du PFBC/conférence d’ancrage avait pour objectif principal d’examiner la REDD+ et le développement à faibles émissions – y compris la protection des forêts, la restauration des terres, l’aménagement du territoire et des options de développement telles que la promotion de l’agriculture durable comme politiques gouvernementales et stratégies d'utilisation des terres. Elle a connu la participation de plus de 400 participants représentant les administrations des pays membres de la COMIFAC et des pays développés, des Institutions sous régionales, des organisations de la société civile, des partenaires techniques et financiers, du secteur Privé, des institutions de recherche et de formation.  ,. 
A l’occasion de son mot d’ouverture, le Ministre d’Etat, Directeur du Cabinet du Président de la République du Congo est revenu sur l’enjeu majeur que représente le Bassin du Congo en tant que deuxième poumon écologique mondial pour l’avenir de l’humanité. Il a lancé un vibrant appel aux  grands pays du Nord, les exhortant d’accompagner  financièrement le PFBC. « Au nom des Gouvernements des pays d’Afrique centrale, je voudrais témoigner à tous nos partenaires, anciens et nouveaux, notre profonde gratitude. En même temps, nous relevons que paradoxalement, le projet du Bassin du Congo, qui a mobilisé une grande coalition  internationale, comprenant de grandes puissances financières de la planète, n’a pas levé dans la période prévue, les fonds nécessaires pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers de ce Bassin. La résolution des Nations Unies n’ayant pas été suivie d’effet. Je voudrais donc exhorter tous les partenaires , africains et internationaux qui partagent l’idéal de la conservation et de gestion durable des écosystèmes forestiers , à apporter leur contribution au Fonds du PFBC ».

Madame le Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement du Tchad, Présidente en exercice de la COMIFAC a pour sa part rappelé la percée de la COMIFAC qui, aujourd’hui jouit d’un rayonnement international sans cesse croissant. En effet, la COMIFAC  figure désormais parmi les institutions qui bénéficient du statut d’observateur à l’Assemblée Générale des Nations Unies, suite à la décision prise par le Secrétariat Général des Nations Unies à Rio+ 20 au Brésil. Pour terminer son propos, au-delà des réalisations des pays de l’espace COMIFAC dans le cadre de la Gestion des Ecosystèmes forestiers, elle a souligné ce qui suit : « Nous devons tous ensemble contribuer à rendre la COMIFAC plus dynamique  afin qu’elle remplisse convenablement ses missions et que le taux de mise en œuvre du nouveau Plan de Convergence  révisé de la COMIFAC soit satisfaisant».

Prenant la parole pour la circonstance, Crispin SANGALE RONDO, Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) a développé la vision de la CEEAC en matière de  l’économie verte. Les différents segments  dont la REDD+, la protection des forêts et le développement durable à faibles émissions constituent ainsi des secteurs qui intègrent l’économie verte a-t-il souligné. Aussi dans le cadre de l’économie verte, la CEEAC a identifié huit segments à développer : l’économie de reboisement, l’économie du bois, l’économie des Aires Protégées, l’économie des Produits Forestiers Non Ligneux, l’économie foncière, l’économie de la foresterie foncière, l’économie des jardins botaniques et l’économie du carbone. Revenant sur la prochaine réunion de la CEEAC à Kinshasa, M. Crispin SANGALE RONDO a précisé que des projets de décision relatifs à la mise en œuvre du mécanisme de suivi et d’évaluation pour parvenir à de véritables améliorations et changements mesurables  dans les Etats et chez les populations seront  discutés.

Après l’ouverture, Les travaux de la 14ème réunion des partenaires se sont déroulés en sessions qui ont permis aux experts d’échanger sur les thématiques suivantes : REDD+ et le Développement à faibles Emissions pour la Croissance Economique Verte ; l’impact de la CCNUCC et les processus internationaux sur les forêts d’Afrique Centrale ; Mécanismes de financement de REDD+, la croissance de l’économie rurale, développement à faibles émissions, et la protection des forêts tropicales ; Nouveaux Horizons: un Plan de Convergence Révisé  Une discussion animée avec la COMIFAC et les partenaires du PFBC sur le processus de mise à jour, de rationalisation  et de renforcement du Plan de Convergence ; Coopération communautaire, transfrontalière et régionale en matière de conservation de la Faune ; Aborder les causes de la déforestation et l’aménagement des terres en Afrique centrale ; Sortir de la forêt pour sauver la forêt : Élargir l'engagement des partenaires dans tous les secteurs pour le développement optimal à faibles émissions.
Par ailleurs, d’autres réunions parallèles se sont également déroulées en marge des travaux de la réunion du PFBC. Il s’agit de la tenue de l’atelier de formation qui fait suite aux ateliers régionaux sur l’équilibre social et la préservation de l’environnement (SES) du Programme USAID sur le Carbone forestier, les marchés et communautés (FCMC). La principale mission du programme FCMC consiste à renforcer les capacités techniques en développant des outils et des formations qui soutiennent les contributions du Gouvernement des États-Unis à l’architecture internationale pour la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). Il  y a également eu, grâce au soutien financier du PACEBCo, la tenue sous l’égide de la COMIFAC, de l’Atelier d’opérationnalisation de la plateforme des chargé(e)s de communication des Ministères des forêts/environnement et du deuxième forum du RECEIAC. L’atelier visait  la création et l’opérationnalisation de la plateforme des chargés de communication des ministères en charge des forêts et de l’environnement au sein du RECEIAC pour une meilleure collecte, traitement, et diffusion des informations émanant des ministères dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Convergence. Les modalités de fonctionnement ont été définies au cours des échanges.

En rappel, le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a été lancé par M. Colin Powell, lors du Sommet Mondial sur le Développement Durable à Johannesburg en 2002, comme partenariat non-contraignant enregistré auprès de la Commission pour le Développement Durable des Nations Unies. Il regroupe environ 70 partenaires, incluant les pays africains, les agences des pays donateurs, des organisations internationales, des ONGs, des représentants des institutions de recherche et du secteur privé.

Image: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: