Atelier de lancement des initiatives d’appui à la CEFDHAC

Dans le but d’appuyer la participation de la société civile et le secteur privé dans la gestion durable des écosystèmes  forestiers d’Afrique Centrale à travers les fora nationaux et sous-régionaux, les plateformes de concertation et les réseaux d’acteurs, et  dans le souci d’assurer la promotion d’une participation inclusive  et la représentation des groupes  de parties prenantes dans les débats sur la REDD+, le projet relatif aux initiatives d’appui à la Conférence sur les Ecosystèmes des Forêts Denses et Humides d’Afrique Centrale (CEFDHAC) a été  officiellement lancé samedi, 12 octobre 2013, à Kribi, au Cameroun. Ce projet comporte deux initiatives qui font suite aux deux conventions signées entre la  CEFDHAC et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) à travers le Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes du Bassin du Congo (PACEBCo) d’une part;  et entre l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à travers le projet régional REDD dans sa composante 1B d’autre part. Ces deux initiatives seront mises en œuvre grâce à la facilitation de l’UICN.

Cet atelier a eu pour objectif de procéder au lancement officiel de ces deux initiatives, en vue du démarrage officiel des activités. Spécifiquement, il s’est agit d’imprégner les participants sur les objectifs et résultats attendus de ces initiatives ; d’échanger sur les initiatives similaires et les possibles synergies.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par quatre allocutions prononcées respectivement par Leonard USONGO, Directeur de l’UICN, l’Honorable Roger ESSOLA, Président de la CEFDHAC, Hervé Maidou, coordonnateur régional du projet REDD et Bihini Won wa MUSITI, Coordonnateur régional du PACEBCo.

Le Directeur de l’UICN après avoir rappelé les objectifs,  a simplement  invité les participants de participer activement aux échanges durant les travaux afin que les résultats soient atteints. Le Président de la CEFDHAC a pour sa part remercié la CEEAC et le GEF/BM d’avoir bien voulu financer les différents projets que la CEFDHAC leur a soumis. « Nous ne voulons plus une CEFDHAC qui sort des ateliers, des avions , des pauses- café, des chambres d’hôtel ;  mais une CEFDHAC  qui se retrouve dans la ruralité, qui se retrouve dans les aires protégées et qui se retrouve auprès des communautés pour mieux sentir et relever leur sensibilité à l’effet de lever des positions à canaliser vers la COMIFAC ou vers les partenaires de développement » a t-il martelé.

Le Coordonnateur régional du projet REDD a quant à lui profité de l’occasion pour rappeler la lourdeur des procédures ayant retardé le recrutement de la firme en charge de la gestion de la composante 1B.  Aussi a-t-il poursuivit : « Je réitère le souhait d’une mise en œuvre efficiente et d’une internalisation de ce projet  par les parties prenantes concernées, à travers une véritable  synergie entre les deux projets REDD-PACEBCo pour lequel nous sommes réunis  ici aujourd’hui ».

Le Coordonnateur régional du PACEBCo à son tour n’a pas prononcé de discours classique en tant que tel, mais a procédé plutôt par un exposé sur les attentes du PACEBCo par rapport au contexte de l’atelier. C’est ainsi qu’il a longuement parlé des objectifs et du rôle du PACEBCo  dans la mise en œuvre du plan de convergence de la COMIFAC. Il a en effet souligné que «  Le PACEBCo est une réponse aux différentes préoccupations des chefs d’Etats lors du  2ème Sommet sur le développement durable tenu à Brazzaville, en février 2005 ».
 
Les travaux se sont déroulés dans un esprit participatif et constructif. Les participants ont longuement échangé sur la mise en œuvre des deux initiatives grâce aux différentes présentations qui ont été faites par le point focal  CEFDHAC du PACEBCo, et par l’Assistante du projet à l’UICN. Ils ont également échangé sur les éventuelles synergies entre les différentes initiatives  en appui à la CEFDHAC.

En marge des travaux de cet atelier, une cérémonie de remise officielle du matériel logistique a été organisée. En effet, les Présidents des fora nationaux ont été dotés d’ordinateurs leur permettant d’améliorer leurs conditions de travail et de communication avec les différents membres du réseau.

Par ailleurs, les travaux de cet atelier ont été précédés des travaux de la 5ème session du comité de pilotage régional de la CEFDHAC. Au terme de ces travaux, les membres du bureau sortant ont été reconduits par consensus à leur poste respectif. Ainsi, l’Honorable Roger ESSOLA a été reconduit à son poste de Président régional du comité de pilotage de la CEFDHAC.  
Toutes ces réunions jettent les bases d’une nouvelle CEFDHAC, qui possèdent désormais des nouvelles conditions de dynamisation de sa structure pour lui permettre de jouer  convenablement son rôle, celui d’être un forum dynamique d’échange en favorisant la concertation multi-acteurs des activités en vue de l’adhésion des parties prenantes au processus  de gestion durable des écosystèmes forestiers du Bassin du Congo.

A titre de rappel, la CEFDHAC a été créée en 1996, à Brazzaville, à l’initiative des Ministres en charge des forêts, de la société civile, et du secteur privé du Bassin du Congo. Elle a pour objectif  de sensibiliser et d’encourager les acteurs à conserver les écosystèmes forestiers de la sous-région et à utiliser de façon durable  et équitable les ressources qu’ils recèlent.

Image: 

Projet: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: