DISCOURS DE MONSIEUR VINCENT KASULU, SECRETAIRE GENERAL A L'ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE A L'ATELIER DE VALIDATION DU PLAN D’ACTION NATIONAL POUR L’IVOIRE DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (PANI/RDC)

Discours d’ouverture de Monsieur Vincent KASULU SEYA MAKONGA, Secrétaire Général à L’Environnement et Développement Durable

Salle Arche, Clinique Ngaliema, Kinshasa, le 03 avril 2015

Monsieur le Représentant de Son Excellence Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo ;
Monsieur le Représentant de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers ;    
Distingués invités, Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités.


C’est pour moi un insigne honneur  et un réel plaisir de me trouver parmi vous pour procéder ce jour à l’ouverture solennelle du présent atelier  sur la validation du Plan d’Action National pour l’Ivoire (PANI) de la République Démocratique du Congo.

Permettez-moi, en cette circonstance, de vous adresser, au nom de Son Excellence Monsieur Bienvenu LIYOTA NDJOLI,  Ministre de l’Environnement et Développement Durable, ainsi qu’au mien propre, mes vifs et sincères remerciements pour avoir accepté de rehausser de votre présence ces assises en dépit de vos multiples occupations.

Mesdames, Messieurs ;
Distingués invités.

Il sied de vous rappeler que la RD Congo, notre pays, est doté d’immenses ressources naturelles qui constituent un atout indéniable pour assurer son développement socio-économique. Pour ce faire, conscient de la valeur de la faune et flore sauvages, le pays a souscrit  à certains accords et conventions internationaux en matière de la protection de l’environnement et de la conservation de la nature. C’est le cas, notamment de la Convention sur le Commerce International des Espèces de la Faune et de la Flore Sauvages  Menacées d’Extinction (CITES), que notre  pays a ratifié  le 18 octobre 1976, soit une année après son entrée en vigueur.

L’objectif principal de cette convention est de réglementer le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages par l’exportation, l’importation et la réexportation d’animaux et des plantes vivants ou morts, de leurs parties et produits, en s’appuyant sur un système de permis et de certificats délivrés que si certaines conditions sont remplies.

Mesdames, Messieurs ;
Distingués invités.


Au cours de la journée,  vous aurez à discuter sur le projet du Plan d’Action National pour l’Ivoire (PANI) de la République Démocratique du Congo, un document qui a toute sa signification pour notre pays où le braconnage et le commerce illicite de l’ivoire constitue un moteur de menace accru sur les éléphants dans notre pays en particulier, et dans toute la sous-région des pays membres de la COMIFAC, en général.


Le PANI est d’une extrême importance pour notre pays ; tant pour les autorités politiques que pour les exploitants de la faune et flores sauvages ainsi que des milliers des ménages congolais qui vivent de l’exploitation des ressources de faune et de flore. En effet, n’ayant pas élaboré et transmis le PANI, conformément aux recommandations intersessions du Comité permanent, le Secrétariat CITES a recommandé à toutes  les Parties de suspendre, jusqu’à nouvel avis, le commerce de spécimens appartenant à des espèces inscrites aux annexes de la CITES avec la République Démocratique du Congo.

Mesdames, Messieurs ;
Distingués invités.


La diversité et la qualité des participants à ces assises m’honorent et me rendent optimiste quant aux résultats qui sortiront de vos travaux.

En effet, il ne s’agit pas ici de faire le procès du pays, mais d’échanger et de réfléchir ensemble afin de valider le plan  qui conditionne la levée de la mesure de suspension qui frappe notre pays.

C’est pourquoi j’exhorte chacun et chacune de vous à donner le meilleur de lui-même afin qu’au terme de vos travaux vous parveniez à des résultats fort enrichissants.

Mesdames, Messieurs ;
Distingués invités.

Je ne finirais pas mon allocution sans remercier et encourager l’équipe de rédaction de ce plan qui, en dépit des conditions de travail difficile n’a ménagé aucun effort  pour élaborer ce document de travail. Mes remerciements s’adressent aussi aux Partenaires Techniques et Financiers, notamment TRAFFIC/WWF et WCS pour avoir accepté de parrainer cet atelier.

C’est sur ces mots que je déclare ouvert l’Atelier de validation du Plan d’Actions National pour l’Ivoire de la RD Congo.


Je vous remercie.

Image: 

Projet: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: 

Communiqués de Presse

Joindre fichier: