Données géographiques - CONGO

 https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQsagQ3mKMdCIvBpbnNqQfLZeIpUDBAy-PGaOvKRAQr2KJcUuVDnA

La République du Congo s’étend de part et d’autre de l’équateur entre le 4e Nord et le 5e Sud, 11° Ouest et 18.50 Est et couvre une superficie globale de 342 000 Km2. Le relief y est très varié. Le climat est du type guinéen forestier sur la majeure partie du territoire avec deux saisons de pluie et deux saisons sèches. Le réseau hydrographique est très dense, dominé par deux importants fleuves qui drainent deux grands bassins à savoir le fleuve Congo au Nord et le fleuve Kouilou-Niairi au Sud.

La population est estimée à près de 4 000 000 d’habitants soit un ratio de 6 à 7 hbts/km2 avec un taux de croissance de 3.4% par an. Cette population est très inégalement répartie sur l’ensemble du territoire, mais le taux d’urbanisation est assez élevé avec plus du 1/3 de la population qui vit en ville. Ces paramètres permettent de relever que la pression des populations sur les ressources forestières est relativement faible.

■ Le secteur forestier du Congo Brazzaville

Le paysage Congolais est dominé par deux types de végétation, la forêt (2/3) du territoire national et la savane (plus présente au Centre-Sud). La forêt couvre près de 20 millions d’ha et représente 60% du territoire. Elle compte parmi les plus riches et diversifiées d’Afrique. L’Etat encourage le développement de l’industrie forestier en vue de promouvoir son développement économique, tout en reconnaissant que la diversité biologique devrait être préservée. Le potentiel des ressources forestières, notamment ligneux est encore insuffisamment connu. Des différents inventaires successifs de reconnaissance générale des ressources forestière réalisés à ce jour et qui couvrent une superficie globale de près de 8 200 000 ha (41% de la superficie forestière), il ressort que le potentiel ligneux peut être estimé à 567 millions de m3 en volume brut exploitable, toutes essences confondues, dont 340 millions de m3 en volume commercialisable, et 180 millions de m3 en volume brut exploitable composés d’une dizaine d’essences les plus recherchés (Sapeli, Okoume, Ayous, Siponiove, Bania ... ).

Les produits forestiers non ligneux sont abondants et leur exploitation est réalisée par les populations locales dans un cadre informel, et contribue à la lutte contre la pauvreté. La faune est particulièrement riche et diversifiée ; elle comporte 700 espèces d’oiseaux, 45 espèces de reptiles, 2000 espèces d’insectes, 200 espèces de mammifères, 4 espèces de tortues marines, etc.

■ Mise en œuvre du Plan de Convergence

En somme, les forêts constituent un des secteurs clés du développement économique du Congo. Œuvrant le plus en matière de gestion durable de ses écosystèmes forestiers, il s’est ainsi doté des principaux instruments juridico-normatifs de base indispensables à la gestion durable des forêts.

■ Au plan des dispositifs institutionnels

Un Ministère en charge de la gestion forestière suffisamment bien organisé est opérationnel. Un service de  reboisement qui gère aujourd’hui plus de 21 000 ha de plantations, faisant du Congo le pays de référence au plan sous-régional en matière de reboisement. Un centre national des inventaires d’aménagement des ressources forestières et fauniques. Une Unité de recherche forestière structurée.