Données géographiques - SAO TOME ET PRINCIPE

 Drapeau

■ Situation géographique et relief

L’archipel de Sao Tomé-et-Principe, d’une surface de 1 001 km2, est constitué des deux îles principales, à l’origine de son nom et de petits îlots. Sao Tomé, avec une surface de 859 km2, est l’île la plus grande. En forme de losange orienté dans le sens nord est/ sud-ouest, elle se situe à 255 kilomètres de la côte ouest du Gabon.

L’île de Principe a une superficie de 142 km2 et se situe à 220 kilomètres environ de la côte africaine et à 150 kilomètres du nord-ouest de Sao Tomé.

Cet archipel d’origine volcanique se trouve dans le Golfe de Guinée pratiquement sur l’Équateur et fait partie d’un alignement tectonique de 2 000 kilomètres de longueur qui s’étend des Monts du Cameroun à l’’île d’Anobom.

■ Flore et principaux écosystèmes

Les îles de Sao Tomé-et-Principe n’ont jamais été rattachées au continent africain et elles furent classées comme îles maritimes du fait de leur pauvreté spécifique relative et de la grande diversité des espèces endémiques présentes, ainsi que du fait de caractéristiques intermédiaires entre les îles du littoral et les îles océaniques. La flore naturelle de l’archipel se caractérise par un grand nombre d’espèces présentes sur le continent (moins que sur les îles littorales), soit 763 espèces identifiées, dont 556 indigènes, et le taux d’endémisme est de 19,4 %.

En plus de cette richesse remarquable d’endémiques, les îles possèdent une grande diversité d’espèces exotiques. Sao Tomé-et-Principe constituent, avec d’autres îles atlantiques, l’un des territoires les plus importants dans le processus de transfert de plantes entre les continents à l’époque des grandes découvertes.

Les forêts primaires restent relativement intactes dans les parties les plus hautes et les pentes les plus abruptes des îles, dans les zones pratiquement inaccessibles, notamment sur les pentes situées au sud-ouest de Sao Tomé au sud de Principe.

On note différents types de végétation:

-Les formations littorales incluent les formations de savane, les dunes, les formations rizicoles et les aires Marécageuses.

-La forêt équatoriale de basse altitude, du niveau de la mer jusqu’à 800 mètres d’altitude, est l’équivalent de la grande forêt continentale africaine.

-La forêt équatoriale de montagne, de 800 à 1 400 mètres d’altitude, présente une transition lente d’espèces, avec une plus grande diversité que dans les formations des régions moins élevées, mais avec un aspect général qui leur ressemble.

-La forêt pluvieuse, au-delà de 1 400 mètres d’altitude, subit des taux élevés de précipitation et d’humidité, des brumes constantes et des températures basses. Du fait du climat et des pentes extrêmement abruptes, ces formations furent rarement modifiées par l’homme, et elles échappèrent à toute culture ou exploitation intensive, et se maintiennent, de façon générale, dans un très bon état de conservation.