Le projet REDD-PAC fait sa revue à mi-parcours

La Commission des Forêts d’Afrique Centrale  (COMIFAC), en partenariat avec l’Institut International pour l’Analyse de Systèmes Appliqués (IIASA), le Centre Mondial d’Evaluation  de la Conservation du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), a organisé du 01 au 04 avril 2014,  à l’hôtel SAWA de Douala, capitale économique de la République du Cameroun, une   réunion d’évaluation à mi-parcours du projet REDD-PAC.

Cette réunion a connu la participation de plusieurs experts venus des différentes institutions  internationales en charge des questions  de la REDD+, et des experts nationaux des différents pays pilotes  d’Afrique centrale concernés par le projet. Elle  avait pour objectif d’examiner l’ensemble des progrès accomplis par le projet jusqu’à ce jour d’une part, et d’autre part discuter des questions en suspens de la première moitié du cycle du projet, en mettant un accent spécifique sur la coordination scientifique et les questions administratives, l’avancement technique et les résultats diffusés à mi-parcours par le projet.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Raymond MBITIKON,  Secrétaire Exécutif de la COMIFAC,  qui  a rappelé dans ses propos le contexte de mise en œuvre du projet REDD-PAC, lequel fait partie des différentes initiatives mises en œuvre grâce à l’appui des partenaires de la COMIFAC. Il a souligné à propos : « Dans le souci de développer les capacités des pays membres de la COMIFAC en la matière, plusieurs initiatives sur la REDD+ ont vu le jour  dans la sous-région avec l’appui de plusieurs partenaires au développement. Le projet REDD-PAC est l’une de ces initiatives et je voudrais ici, remercier la République Fédérale d’Allemagne qui finance cet important projet et l’Institut International pour l’Analyse des Systèmes Appliqués (IIASA) qui en assure la maitrise d’œuvre. Je voudrais également remercier les autres partenaires du projet à savoir le Centre Mondial d’Evaluation de la Conservation du PNUE et l’Institut brésilien pour la recherche spatiale (INPE) du Brésil ».

Deux ans après le lancement du projet REDD-PAC, il était temps de tenir une réunion pour pouvoir faire le point sur l’état d’avancement dudit projet, et de formuler les orientations nécessaires pour la bonne poursuite du projet. Aussi durant quatre jours, les participants ont pu revisiter la politique de pilotage, la coordination et les aspects administratifs du projet, évaluer les progrès en rapport avec les autres indicateurs, mais également évoquer le problème de la dissémination des résultats et des informations liées aux autres projets. Ainsi, des questions cruciales telles que la classification de couverture de sols et les scénarii de politiques adéquates ont été abordées. Cet atelier d’évaluation se tient dans un contexte où, la REDD+ se positionne comme une composante majeure dans la poursuite des négociations, dans le cadre de la convention des  Nations Unies sur les changements climatiques.

Il est à rappeler que le projet REDD-PAC  a été lancé en mai 2012 à Sao Paulo au Brésil. Il a pour  objectifs de soutenir un processus de prise de décision, d’informer  en identifiant les politiques REDD+ qui soient économiquement efficaces et socialement équitables, susceptibles de sauvegarder et de renforcer les valeurs des écosystèmes et contribuer à l’atteinte des objectifs de la CDB. 

Après trois jours de travaux, le quatrième jour a été entièrement consacré à la visite de terrain. En effet, les participants ont effectué une descente de terrain dans la région du Sud-Ouest Cameroun où ils ont été successivement reçus à la délégation régionale  du Ministère Camerounais de la Faune et de la Forêt dans la ville de Buéa ;  au Jardin Botanique de Limbé par les responsables de cette aire protégée ; puis à la direction générale de la société agro industrielle « Cameroon Developement Coorporation (CDC) » basée à Limbé. La visite de CDC a permis aux participants de visiter une de ses usines de fabrication d’huile de palme située dans la localité d’IDENAO.

Cet atelier a été immédiatement suivi  d’une session de formation des experts en modélisation et cadres des Coordinations nationales REDD des quatre pays pilotes pour renforcer leurs capacités sur les fonctionnalités de logiciels utilisés pour le développement de modèles nationaux.

 

Image: 

Projet: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: