Missions de la COMIFAC

La COMIFAC, Commission des Forêts d’Afrique Centrale est une organisation internationale reconnue pour son rôle dans l’intégration sous-régionale en matière de conservation et de gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers. Elle fait partie des institutions à l’échèle planétaire qui œuvrent pour la promotion du droit des peuples à compter sur les ressources forestières pour soutenir leurs efforts de développement économique et social.      
 
La COMIFAC est née de la matérialisation des engagements souscrits en mars 1999 dans la « Déclaration de Yaoundé » par les Chefs d’Etat d’Afrique Centrale. Elle regroupe en son sein dix pays membres de la sous-région partageant un héritage naturel commun. L’institution s’investit pour que la voix de l’Afrique Centrale soit mieux entendue et ses positions défendues sur les tribunes où les questions forestières et environnementales sont débattues. La COMIFAC agit également au quotidien afin que les pays de l’Afrique Centrale se dotent et mettent en œuvre des politiques forestières et environnementales harmonisées en vue de la conservation et de la gestion durable des ressources forestières. 
 
Conformément aux dispositions de son Traité constitutif, notamment en son article 5, la COMIFAC est chargée de l’orientation, de l’harmonisation et du suivi des politiques forestières et environnementales en Afrique Centrale. Elle doit à ce titre: 
  • Assurer l’harmonisation des politiques fores-tières et la mise en place des instruments d’aménagement dans ses États membres; 
  • Inciter les gouvernements des pays membres à la création de nouvelles aires protégées, l’élaboration et la mise en œuvre des plans de gestion des aires protégées; 
  • Contribuer à l’accélération du processus de création des aires protégées transfrontalières tout en renforçant la gestion des aires protégées existantes; 
  • Faciliter la mise en place des actions concer-tées en vue d’éradiquer le braconnage et toute autre exploitation non durable des res-sources forestières dans la sous-région ; 
  • Faciliter la mise en place dans chaque État, des mécanismes durables de financement du développement du secteur forestier; 
  • Faciliter le développement d’une fiscalité forestière adéquate dans ses États membres; 
  • Favoriser le renforcement des actions visant à accroître la participation des populations rurales dans la planification et la gestion des écosystèmes; 
  • Promouvoir et accélérer le processus d’industrialisation du secteur forestier; 
  • Favoriser la promotion d’une plus grande implication des opérateurs économiques dans le processus de gestion durable et de conservation des écosystèmes forestiers; 
  • Promouvoir l’organisation des fora natio-naux et sous-régionaux d’échanges d’expériences; 
  • Favoriser la mise en place des réseaux liant les institutions pertinentes de recherche et de développement forestier; 
  • Renforcer la coordination ainsi que la coopé-ration entre toutes les organisations nationa-les et internationales impliquées dans les ac-tions de conservation et de gestion durable des écosystèmes forestiers.