Présentation MNV

Description du projet MNV

En 2011, la COMIFAC, le FFBC et la FAO ont achevé les négociations relatives à la finalisation du document du Projet sous-régional de renforcement des capacités pour le système de surveillance et les MRV (suivi, notification, vérifications) nationaux des pays du bassin du Congo. Ces négociations sont le fruit des concertations tenues entre les trois parties et qui ont permis à la FAO de formuler le projet et le soumettre au FFBC pour financement.

L’objectif général de ce projet consiste à soutenir l’élaboration et la mise en œuvre de systèmes nationaux de surveillance et MNV, en accord avec les recommandations et exigences internationales, avec une coordination et renforcement des capacités au niveau régional.

La première phase de ce projet vise en effet à renforcer les capacités des pays en matière de systèmes de surveillance et de MNV suivant une approche méthodologique régionale.

Le document consolidé du projet a été examiné et validé au cours d’un atelier d’examen et d’approbation organisé en marge des travaux du neuvième CCR du PFBC tenu en mai 2011 à Bujumbura. Celui-ci a été approuvé par le Conseil de Direction du FFBC au cours de sa dixième réunion tenue du 6 au 8 juin 2011 à Brazzaville.

C’est en octobre 2011 à Tunis que la réunion tripartite de négociations sur le Projet à laquelle a pris part le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC s’est tenue. Cette réunion a abouti à des ententes et arrangements institutionnels entre les parties prenantes (FAO, COMIFAC, FFBC) pour la mise en œuvre du projet. Dans ce cadre, la COMIFAC assure la maîtrise d’ouvrage du projet et confie son exécution à la FAO. Un Accord de financement a été à cet effet signé entre la BAD et la COMIFAC ; ensuite un mémorandum de collaboration entra la COMIFAC et la FAO a été établi.

Le projet intervient directement dans 10 pays de la zone COMIFAC, à savoir Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tome et Principe et Tchad. Les bénéficiaires du projet sont les populations des pays concernés. Il bénéficie également à la planète entière à partir des services environnementaux que les forêts du bassin du Congo assurent. Au niveau national, les bénéficiaires directs sont : les administrations en charge de la forêt et l’environnement ainsi que les institutions techniques en charge des questions relatives aux négociations sur le changement climatique et le mécanisme REDD+ et du suivi des forêts. Au niveau régional, les bénéficiaires sont la COMIFAC et les services techniques associés, en particulier l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale (OFAC).

Les résultats attendus au niveau national sont pour les pays concernés : (i) le cadre légal et institutionnel de la REDD+ est formulé pour certains pays et amélioré pour d’autres et ; (ii) le cadre technique et institutionnel de développement des systèmes MNV est développé pour certains pays et amélioré pour d’autres. Les résultats attendus au niveau régional sont : (i) le cadre régional de coordination et de soutien des activités de surveillance des forêts et systèmes MNV est développé ; (ii) le dispositif régional de renforcement des capacités techniques et scientifiques des experts nationaux en matière de surveillance des forêts et de systèmes MNV est développé et ; (iii) le cadre régional de soutien technique en faveur des systèmes de surveillance nationaux MNV est développé. Les capacités nationales et régionales seront renforcées pour formuler les plans d’action MNV.