Réunion de Restitution des Résultats du projet REDD-PAC en République du Congo

Dans l’optique de mettre en place un modèle d’utilisation des terres pour informer les décideurs sur les options de mise en œuvre des politiques REDD+ économiquement rentables, socialement équitables et conciliant la conservation de la biodiversité, le projet « Centre d’Evaluation des politiques REDD+ » en anglais « REDD+ Policy Assessment Center », REDD-PAC en sigle, a été développé et mis en œuvre par IIASA en collaboration avec UNEP-WCMC, INPE et la COMIFAC.

Pour l’Afrique Centrale, en plus du modèle sous-régional, trois pays pilotes à savoir le Cameroun, le Congo et la République Démocratique du Congo (RDC) ont été retenus pour le développement du modèle au niveau national. Le projet démarré en 2012 devrait s’achever en fin mai 2016.

A l’aube de la clôture du projet, il s’est avérée nécessaire d’organiser des ateliers nationaux dans chacun des pays pilotes de la COMIFAC en vue de restituer les résultats finaux du projet aux responsables de différentes administrations compétentes intéressées par les résultats du projet. C’est dans ce cadre qu’en collaboration avec les partenaires de la mise en œuvre du projet REDD-PAC notamment IIASA et UNEP WCMC, le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC a organisé, l’atelier national de restitution des résultats du projet pour la République du Congo le 19 avril à Brazzaville.

La réunion a été présidée par le représentant du Coordonnateur national REDD+, représentant également Monsieur le Ministre empêché. Deux interventions ont ponctué l’ouverture de la cérémonie notamment celle de M. Etienne MASUMBOKO, représentant le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC et celle de M. HUGUES KOUDIMBILA, représentant le Coordonnateur national REDD+.

Dans leurs allocutions respectives, les intervenants ont relevé l’importance du mécanisme REDD+ comme outil soutenu par les pays de l’espace COMIFAC dans l’optique de contribuer à la conciliation conservation et développement, au travers d’un renforcement des capacités techniques nécessaires. Il ressort somme toute que les différentes activités qui impactent sur le processus d’émission des gaz à effet de serre se doivent d’être explorés, au travers des outils techniques de pointe et de mise à niveau des experts de la sous-région.

L’agenda proposé par le modérateur M. Peguy TONGA KETCHATANG du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC a été amendé puis adopté par les participants. Les présentations qui ont suivi les différentes cérémonies protocolaires ont porté sur une alternance de deux sessions : la première session étant celle de la présentation de l’état d’avancement du REDD+ en République du Congo, la deuxième session consacrée à la présentation des résultats du projet pour la République du Congo.

Pour la mise en œuvre du processus REDD+, le principal intervenant M. Hugues KOUDIMBILA, a axé sa présentation sur le rappel contextuel historique de la conduite du processus REDD+ en République du Congo, suivi de la présentation des différentes phases de sa mise en œuvre. Il est important de noter que des composantes intéressantes constituent me charpente du MNV en République du Congo, et que le pays a soumis sa méthodologie pour l’élaboration de son niveau de référence en janvier 2016. Une stratégie nationale REDD+ 2 est en cours d’élaboration et se veut nettement et totalement inclusive de tous les processus. Néanmoins, un projet pilote CIB OLAM est en cours de développement.

 La session qui a suivi a été principalement animée par Roland Gyscard NDINGA, l’expert national du projet. Le projet REDD-PAC intervient dans un contexte marqué par la volonté internationale de concilier la production du carbone, le développement et la conservation de la biodiversité, a-t-il présenté. Ainsi, le projet a développé un modèle dérivant du modèle GLOBIOM adapté aux pays du bassin du Congo avec des spécificités caractérielles. Ainsi, les résultats en termes de déforestation calculée et d’émissions proviennent principalement de la base de données alimentée par les différents processus de collecte que le projet a noué avec les administrations compétentes. Les scénarios présentés quant à eux essayent de capter les politiques qui sont et peuvent être mises en œuvre pour atteindre le voulu voir la meilleure option possible de conciliation.

Pour les prochaines étapes, le travail sera de faire au mieux pour prendre en compte les préoccupations soulevées lors de l’atelier. L’une des recommandations est de pouvoir intégrer les données sur les mines, l’urbanisme et l’habitat et pousser la réflexion sur la dégradation. En dehors de cette remarque, les prochaines étapes peuvent se regrouper comme suit :
-    Actualisation des recommandations
-    Réunion de fin du projet

Le mot de clôture des travaux de l’atelier a été fait par le Coordonnateur national REDD+ de la République du Congo qui a remercié la participation des différents acteurs tout en souhaitant une véritable acquisition des éléments du projet.

Pour plus d’informations, visiter www.reddpac.org ou email à tongapeguy@yahoo.fr/ pktonga@comifac.org

Image: 

Projet: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: