Rapport_annuel_2016_COMIFAC

Photos: 

Date de publication: 

Dimanche, Septembre 10, 2017

Contenu de la publication: 

2016 a été une année charnière pour la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) qui a vu son équipe dirigeante se renouveler. La Présidence tournante de l’institution assurée par la République du Burundi durant les deux années écoulées est passée à la République du Rwanda au cours de la neuvième session ordinaire du Conseil des Ministres de la COMIFAC tenue à Kigali le 29 novembre 2016. Cette session ministérielle a été également marquée par le renouvellement des cadres statutaires de l’institution, comprenant le Secrétaire Exécutif, le Secrétaire Exécutif Adjoint -Coordonnateur Technique et le Directeur Administratif et Financier. L’équipe désignée que j’aurai le privilège de conduire au cours des quatre prochaines années remplace l’équipe sortante qui, durant huit années passées à la tête du Secrétariat Exécutif, a fait un travail remarquable dans l’édification et le rayonnement que connait aujourd’hui la COMIFAC dans le domaine de la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale. Les principaux résultats acquis en 2016 sont ainsi illustrés dans le présent rapport. 
 
Au moment où la nouvelle équipe s’apprête à prendre les rênes du Secrétariat Exécutif, une ambition nous anime : celle de garder le même cap, sinon aller au-delà, afin de placer la COMIFAC au firmament des institutions dotées d’une grande crédibilité et d’une confiance entière vis-à-vis des pays membres et des partenaires. Le défi est immense, mais avec notre ferme détermination, nous y parviendrons. En 2016, l’institution a particulièrement souffert du fait que les pays accusent des retards importants dans le paiement de leurs contributions égalitaires. 
 
En dépit de cette situation morose, nous restons confiants car, nous savons que les pays s’organisent pour faire face à leur obligation, bien que la crise financière que traverse le monde actuellement n’épargne pas nos pays. Tant que les forêts existeront, la COMIFAC, créée par les Chefs de la sous-région, en tant que institution spécialisée de la Communauté Economique de l’Afrique Centrale (CEEAC) existera, et les pays ne laisseront jamais tomber cette institution si chère au bassin du Congo. 
 
Il s’agira pour l’équipe que je dirigerai de remettre la COMIFAC entre les mains des Etats, mais aussi de rassurer les partenaires que l’institution est là pour travailler ensemble pour l’intérêt du bassin du Congo. C’est un bien pour l’humanité, d’où la nécessité pour les partenaires d’appuyer la COMIFAC et d’accompagner les Etats dans leurs efforts de gestion durable des ressources forestières et de l’environnement. 
 
Sur un autre registre, notre action sera focalisée sur l’entrée de l’Angola qui fait partie du bassin forestier du Congo, et membre de la CEEAC, mais n’est pas encore membre de la COMIFAC, également d’amener Sao Tomé et Principe, signataire du Traité, à le ratifier. 
 
Raymond Ndomba Ngoye
Secrétaire Exécutif de la COMIFAC
 

 

fichier: