Session extraordinaire du Conseil des Ministres de la COMIFAC : les ministres adoptent des nouvelles résolutions pour booster le fonctionnement de l’institution

Sur invitation de  la présidente en exercice  de la COMIFAC, Brazzaville, capitale de la République du Congo, a abrité du 16 au 18 juillet 2014, les travaux de la session extraordinaire du Conseil des Ministres de la COMIFAC. Organisée avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le projet MSP, cette session a eu pour objectifs  d’examiner le rapport de l’audit financier comptable de l’exercice 2013 du Secrétariat Exécutif, et le document du  Plan de Convergence revisé, ainsi que d’autres questions liées à la vie de l’institution. Plusieurs délégations venues des pays de l’espace COMIFAC, ainsi que les partenaires y ont pris part.

La cérémonie d’ouverture de ladite session était présidée par M. Firmin AYESSA, Directeur de Cabinet du Président de la République du Congo qui a cité la COMIFAC comme l’outil institutionnel important qui permet aux Etats d’Afrique Centrale d’échanger les  informations et les expériences et de conduire les programmes communs concernant les forêts et l’environnement. Face aux multiples problèmes de financement que connaît la COMIFAC, le Directeur de Cabinet  a souligné : « Nous avons besoin d’une institution forte et efficace et devons, en conséquence, lui assurer les moyens adéquats de mise en œuvre  des ses actions stratégiques ». C’est dans cette optique qu’il a appelé les Etats membres  de prendre des dispositions appropriées, notamment l’acquittement  de leurs contributions statutaires  et la mise en place des mécanismes  financiers sûrs pour garantir le bon fonctionnement de l’institution. « Les financements novateurs tels que le paiement des services environnementaux, la taxation des secteurs émissifs de gaz à effet de serre, déjà expérimentés dans certains pays dans le monde devraient inspirer  la sous-région  en vue d’améliorer la gouvernance environnementale  et d’impulser  partout une croissance verte, a-t-il martelé.

L’allocution de M. Firmin AYESSA était précédée par celles de M. Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable du Congo, et de Madame Rosine BAIWONG DJIBERGUI, Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement de la République du Tchad, Présidente en exercice de la COMIFAC.

Prenant la parole, le Ministre de l’Economie Forestière a félicité le Secrétaire Exécutif  et ses collaborateurs  pour avoir conduit à son terme le processus de révision du Plan de Convergence. Aussi pour être efficace, le Ministre estime que le  Plan de Convergence révisé devrait s’accompagner  d’une restructuration  du financement de la COMIFAC. « Notre organisation  a besoin d’être renforcée en moyens humains et financiers, pour lui permettre d’être plus performante et de s’affirmer sur l’échiquier international. C’est pourquoi l’augmentation des cotisations statutaires devient une solution inévitable, car elles doivent constituer le principal financement, pour garder une crédibilité et éviter d’être soumis à certaines exigences qui parfois mettent  à mal la souveraineté de nos Etats », a t-il indiqué.

La Présidente en exercice de la COMIFAC, à son tour a mentionné la nécessité de cette session qui, selon elle, devrait permettre à l’ensemble des Ministres d’avoir une image claire  de la gestion financière et administrative de l’institution d’une part,  et de la situation des ressources  financières mises à la disposition  de l’institution par les pays membres  pour la réalisation de ses missions, d’autre part. Avant de terminer son propos,  Madame la Présidente a rappelé l’importante contribution des forêts d’Afrique Centrale à l’alimentation de nos populations,  au développement économique de nos pays, et surtout à la régulation du climat global de la planète.

La session extraordinaire a été précédée par la réunion technique des experts, dont  l’ouverture des travaux a été présidée par M. Michel ELENGA, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Economie Forestière et du Développement durable. Ce dernier, dans son mot de circonstance a fait un constat sur la faible mobilisation  des fonds par la communauté internationale et en appelle à la mise en place  des financements novateurs et durables comme cela en est le cas au Costa Rica.  Il a par ailleurs, invité les pays de la sous-région de s’impliquer de manière effective dans la préparation du programme de développement des Nations Unies post 2015, afin que la forêt occupe une place de choix  dans ce programme, au regard du rôle important qu’elle joue aux plans économique, social et environnemental.

Pendant deux jours de travaux, les experts ont examiné les points inscrits à l’ordre du jour et soumis des recommandations à l’appréciation du conseil des ministres. Au terme de leur huis clos, les ministres ont pris des résolutions sur les différents points suivants :  rapport de l’audit financier et comptable ; plan de convergence révisé ;  la stratégie de financement durable ; l’état d’avancement  de l’organisation du 3ème Sommet des Chefs d’Etat ; a mise en œuvre des programmes et projets sous-régionaux en matière de forêt/environnement ;  la coordination  et suivi des projets assurés par la COMIFAC ;  l’harmonisation des positions sous-régionales  lors des échéances du Conseil International des Bois Tropicaux ;   l’état d’avancement  du processus  de relance du Système Panafricain de Certification Forestière (PAFC)   ;  la redynamisation de l’OFCSA ; l’état d’avancement de l’immeuble siège de la COMIFAC ; la redynamisation  de l’organisation de l’OAB et  l’état d’avancement des négociations climat .

En marge de cette session, il a été procédé à la remise solennelle de matériels de communication et informatique à la Coordination Nationale COMIFAC du Congo par madame la Présidente en exercice de la COMIFAC. Les autres Coordinations Nationales COMIFAC devront recevoir leur lot de matériel dès leurs retours dans leurs pays respectifs.

Image: 

Projet: 

Pays: 

Thèmes: 

Focus mensuel: 

0

Communiqués de Presse: