Yamoussa en langue Peuhl, l’éland de Derby est la plus grande antilope d’Afrique

Espèce endémique et charismatique d’Afrique Centrale, L'éland de Derby (Taurotragus derbianus) est un mammifère herbivore appartenant à la famille des bovidés dans le genre Taurotragus, de la sous espèce Taurotragus derbianus gigas. Il est classé par l’UICN (Union Internationale pour la conservation de la nature) dans la plus basse catégorie de la liste rouge, « least concern ». Ce grand brun rougeâtre des savanes soudano_guinéenne de la région du Nord Cameroun, RCA et Tchad arbore parfois un pelage de couleur gris sable. Il a douze bandes sur les côtés, une crête de poils noirs courts qui va du cou au milieu du dos et est plus abondant sur les épaules. Avec ses jambes fines, plus claires sur leurs surfaces intérieures et des marques noires et blanches au-dessus des sabots, Yamoussa est la plus grande espèce d'antilope du monde ainsi que l'une des plus belles. Superbe et majestueuse, ses mensurations vont de 2,10 à 3,4 m de long et de 1,4 à 1,80 m de haut, elle a des cornes spiralées pouvant mesurer jusqu’à 1,23 m de long. Le mâle est plus grand et plus lourd que la femelle.

Son poids entre 300 et  900 kg pourrait tromper plus d’un sur sa capacité à se mouvoir. Dès que ses oreilles aux marques noires entendent un bruit suspect, tel un bolide, l’animal se déplace rapidement à une vitesse d’environ 70km/h sur une courte distance. Les Anglais lui ont donné le surnom de « ghost » c’est-à-dire le fantôme. Animal nocturne et très méfiant, il n’est pas facile à pister !

Toutefois, l’éland de Derby est une des proies favorites des larges et moyens carnivores dont le lion, l’hyène et le léopard. Il est important de noter que, due à sa grande taille, cette antilope attire les convoitises d’un autre type de prédateur, l’espèce humaine, omnivore dont l’appétit vorace n’a de cesse de menacer la survie de l’Eland.  En outre, d’autres menaces pèsent sur la survie de cette espèce emblématique d’Afrique Centrale. Il s’agit notamment du braconnage, l’orpaillage, la destruction de son habitat par l'avancé des fronts agro-industriels ; la transhumance anarchique ; l’incursion des populations humaines dans les aires protégées ; les conflits et guerres dans la sous-région avec pour effets collatéraux les flux migratoires ; le changement climatique qui accentuent la sécheresse ; le pâturage des animaux domestiques dans son habitat contribuant à la transmission de la peste bovine à la faune sauvage causant ainsi sa disparition.

Ce grand herbivore a besoin d'un apport régulier en eau dans son alimentation, d’où sa préférence pour des endroits près de paysages vallonnés ou rocheux ayant des sources d'eau. Mais hélas, les mauvaises pratiques de pèche et l’orpaillage résultent en l’empoisonnement des sources d’eaux vitales à l’alimentation de l’éland. Autant l’intégrité de l’aire protégé est intacte et la nourriture abondante, autant il se reproduit. L’éland se reproduit tout au long de l'année. La maturité sexuelle intervient à environ 2 ans pour la femelle et entre 4 et 5 ans pour le male. La femelle met bat après une période de gestation d'environ 9 mois à un seul petit qu’elle va coacher pendant les 6 premiers mois de son existence. Dans son habitat naturel, l'espérance de vie de l'éland de Derby est d'environ 20 ans à 25 ans.

Le principal défi aujourd’hui réside dans la nécessité de concilier la gestion des aires protégées avec le développement socio-économique dans un contexte marqué par une pauvreté sévère des communautés riveraines. Sous l’effet des pratiques agro-pastorales non respectueuses de l’environnement, du braconnage très agressif et des feux de brousse tardifs violents, la faune sauvage se dégrade. A terme, l’équilibre écologique nécessaire à la quiétude de la faune et la protection de l’eland de Debysera détruit si rien n’est fait pour empêcher ce déclin.  Alors à nos marques, partons ensemble pour une conservation durable de notre faune sauvage, notamment des populations de grands mammifères de la faune des savanes africaines d’Afrique central parmi lesquelles on cite : les éléphants,  les élans de Derby, les cobes, les hippopotames, les girafes, les buffles, les lions, les panthères, etc.  A bon entendeur, salut !
Bertille MAYEN NDIONG
Pour plus d’information, veuillez contacter : bernadette.wandja@giz.de