La République Centrafricaine (RCA)

La République Centrafricaine (RCA) est un pays continental, sans littoral, située entre 2°38’ et 10°20’ latitude Nord et 15° et 30° longitude Est. Dévastée par une série de crises politiques et militaires entre 1996 et 2003, la RCA est parvenue à maintenir une certaine stabilité depuis les élections de 2005.


Le secteur forestier de la RCA

Du point de vue de son potentiel forestier, la RCA dispose rca map.jpgd’environ 5,4 Mha de forêts denses humides réparties en deux (2) blocs : le massif du sud-ouest (3,8 Mha) qui concentre l’essentiel de l’activité forestière et le massif de Bangassou (1,6 Mha), plus éloigné.

Le secteur forestier de la RCA est le plus performant du pays et joue un rôle important de levier pour l’économie nationale. Sa contribution aux recettes fiscales de l’Etat est significative et les redevances et taxes forestières directes s’élèvent à environ 10 milliards de FCFA par an. La production économique du secteur est de l’ordre de 10 à 13% du PIB et correspond à environ 50% de la valeur des exportations.


Mise en oeuvre du Plan de Convergence de la RCA

Aujourd’hui, la RCA est fortement engagée dans le processus de mise en oeuvre du Plan de convergence de la COMIFAC. En effet, la politique sectorielle de la RCA est axée sur le développement durable. Le secteur forestier a été assaini en 2003. Le code forestier du pays, adopté en 1990, a été suivi par un décret fixant les modalités d’octroi des permis d’exploitation et d’aménagement. Le décret n°91/018 du 2 février 1991 portant création du dispositif d’attribution des concessions (octroi des licences) a été révisé en 2004. En 2010, la RCA s'est dotée de son plan d'opérations biannuel 2010-2011 du Plan de Convergence.

Les sociétés forestières ont désormais pour obligation de justifier la création d’unités de production et de transformation. Le pays a également adopté un plan national d’action environnemental et un code de protection de la faune sauvage (1984). L’aménagement forestier demeure une prérogative de l’Etat.
 

Dans les dernières années, 2003-2004, le gouvernement s’est engagé à établir des gomme arabique.jpgpratiques de bonne gouvernance et a clarifié l’octroi des permis d’exploitation, poussant ainsi les opérateurs forestiers vers l’aménagement. Un Projet d’Appui à la Réalisation des Plans d’Aménagement Forestier (PARPAF) a été mis en place depuis 2000 avec pour objectif de renforcer et étendre la dynamique d’aménagement forestier durable à l’ensemble de l’exploitation forestière dans le bloc forestier du sud-ouest, en maintenant la continuité des actions d’appui au secteur.


La RCA est l’un des pays de la COMIFAC à posséder des normes nationales d’aménagement.En terme de conservation de la biodiversité en zone forestière, notamment sur les Aires Protégées de Dzanga Sangha (APDS) intégrées au TNS, le gouvernement, accompagné par le WWF et la GTZ depuis 15 ans, a su protéger et créer des sites de vision exceptionnels pour les éléphants et les gorilles qui en font la première destination touristique du pays et du TNS.

Le plan d’opérations des APDS intègre désormais toutes les contributions des partenaires et du gouvernement au sein d’un même document de planification stratégique et opérationnelle, y compris les actions de développement au profit des populations locales en étroite collaboration avec les autorités communales et locales.

Dans le domaine de la gouvernance forestière, depuis les Etats Généraux de septembre 2003, on assiste à l’annulation de tous les Permis Spéciaux de Coupe, puis plus récemment à des avancées dans le processus FLEGT avec une réflexion plus poussée sur l’élaboration d’un système national de traçabilité et la création d’un Comité Interministériel de Coordination devant permettre au pays d’aller rapidement vers la signature des Accords de Partenariat Volontaire (APV) avec l’Union Européenne.

D’autres grandes avancées ont également eu lieu depuis l’adoption du plan triennal, plus spécialement avec :

  1. la promulgation de la Loi cadre sur l’environnement en 2007;
  2. la ratification d’un grand nombre de traités par la RCA en 2007 et 2008: TNS, KYOTO, COMIFAC… ;
  3. l’intégration dans la Loi de finance 2008 des dispositions relatives au mécanisme de financement autonome de la COMIFAC. Avec cette dernière mesure, la RCA se positionne en précurseur de la dynamique régionale de gestion et de conservation des forêts.
De septembre 2008 à octobre 2010, La RCA a assuré avec succès  la Présidence  de la COMIFAC, et ce, durant deux années. 

Comifac News No 4,juillet 2008

En savoir plus:  Site sur la République Centrafricaine

Quelques contacts sur la RCA

Ministères en charge des Forêts et de l'EnvironnementResponsableContacts
Ministère des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche

S.E. Isabelle Gaudeuille

  Tél: +236 75 50 50 54
Ministère de l'Environnement et de l'EcologieS.E. Robert NAMSENE 
Coordonnateur National COMIFAC

Yves YALIBANDA

 Tél : +236 75 50 50 54   Email :yvesyalibanda@yahoo.fr
nambairubens@yahoo.fr
   

Points Focaux

Responsable

Contacts

Point Focal Climat

Igor TOLA KOGADOU

Email: tolokogadou@hotmail.com
Point Focal Biodiversité 

Bob KONZI SARAMB

Tel +236 75 50 65 00
Fax: +236 21 61 78 90
Email: bkonzi@hotmail.com

Point Focal Désertification

Ambroise ZANGA

Email: ayzanga@yahoo.fr

Point Focal FNUFThéodore MBARO

Tél : +236 75 50 30 09
Email: mbaro2003@yahoo.fr

Point Focal CHM CDBBob KONZI SARAMBTel +236 75 50 65 00
Fax: +236 21 61 78 90
Email: bkonzi@hotmail.com