À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Yaoundé, Cameroun, 20 octobre 2020- La salle de conférences du Secrétariat exécutif de la COMIFAC a abrité, la cérémonie de signature de deux accords de contrats de financement pour les Projets BSB Yamoussa et Programme Promotion de l’exploitation certifiée des Forêts entre la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et la République Fédérale d’Allemagne.

 Ces conventions de coopération financière ont été signées par Monsieur Bruno SCHOEN, Directeur de la KfW à Yaoundé et Monsieur Raymond NDOMBA NGOYE, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, en présence de l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Cameroun, Docteur Corinna FRICKE et le Ministre Camerounais des forêts et de la faune, Monsieur Jules Doret NDONGO, représenté par Madame Victoire EHETH, Coordinatrice Nationale COMIFAC pour le Cameroun. Etaient également présents, l’Honorable Docteur Christian RUCK, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne pour le Partenariat des Forêts du Bassin du Congo (PFBC), et Docteur Valentin KATZER, Chef de Mission de Coopération à l’Ambassade d’Allemagne à Yaoundé, Gervais Itsoua Madzous, Secrétaire Exécutif adjoint de la COMIFAC et Chouaibou Nchoutpouen, expert biodiversité à la COMIFAC.

A cette occasion, Madame l’Ambassadeur s’est félicitée de la Coopération entre les deux parties. Le Secrétaire exécutif a, quant à lui, exprimé la gratitude de la COMIFAC à l’endroit de la République Fédérale d’Allemagne et assuré son interlocuteur de l’entière mobilisation de ses équipes en vue de la bonne poursuite desdits projets.

D’un montant global de 13 millions d’euros, les deux conventions de financement sont répartis comme suit : Dix millions d’euros pour le financement complémentaire du Projet d’appui au Complexe Binational Sena-Oura – Bouba-Ndjida (BSB) Yamoussa de la GIZ ; Trois millions d’euros pour le financement du Programme pour la Promotion de l'Exploitation Certifiée des Forêts phase III (PPECF III) .

L’accord de coopération signé en août 2011, par la République du Cameroun et la République du Tchad, en vue de la création du complexe transfrontalier Binational Sena-Oura et Bouba-Ndjida (BSB) Yamoussa, qui englobe les parcs nationaux de BoubaNdjida au Cameroun et de SenaOura au Tchad appelés ensemble « Yamoussa », est le bel exemple de cette volonté de gestion commune des ressources naturelles dans les Etats.

A ce complexe transfrontalier BSB Yamoussa, s’appliquent, outre les recommandations du « plan de convergence », le mandat spécifique dérivé de l’accord signé par les deux pays, d’appuyer la coordination de la lutte anti-braconnage transfrontalière. Ce complexe d’aires protégées est actuellement l'espace naturel abritant la plus grande variété d’espèces animales dans la zone soudano-guinéenne.

Le Projet GIZ d’appui aux parcs nationaux transfrontaliers BSB Yamoussa a débuté en 2015. Il est basé à Garoua, avec une antenne à Pala au Tchad.

La COMIFAC et la KfW, à travers le programme d’appui à la certification forestière (PPECF), proposent aux entreprises forestières un accompagnement jusqu’à l’audit initial de certification, qui une fois réussi, leur permettra de satisfaire plus facilement aux exigences du règlement bois européen (RBUE). En effet, l’objectif du PPECF est double, d’une part empêcher la perte de certificats chez les entreprises déjà certifiées et d’autre part, soutenir le processus de certification tierce partie (c’est à dire vérifiée par des audits annuels), notamment, par la reconnaissance des certificats privés tel que prévue au point 3.3 du Journal officiel l’Union européenne (L92/177) prévoyant la délivrance de licences FLEGT aux entreprises certifiées FSC®, sans qu’il soit nécessaire d’effectuer un double contrôle de légalité, sans oublier l’accompagnement des entreprises dans leurs efforts continus de satisfaire aux nouvelles exigences du standard FSC®.