À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Angola   Burundi   cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Sur les 67.466 grands arbres inventoriés à partir de 2012 par le gouvernement gabonais pour mesurer la quantité de carbone stockée, 3.373 stockeraient 50% du carbone forestier, soit 5% de ces plus gros arbres.

Selon les résultats des recherches conduites par le professeur associé d’écologie tropicale à Duke University, John Poulsen, et publiés le 29 juillet sur le média indépendant en ligne, theconversation.com, portant sur la distribution, les moteurs et les menaces pesant sur les grands arbres au Gabon, «3.373 grands arbres, d’un diamètre supérieur à 70 cm à 1,3 mètre du sol, des 87% de couvert forestier gabonais stockent d’énormes quantités de carbone. Soit, 50% du carbone forestier».

«En utilisant le nouvel inventaire du Gabon de 104 parcelles, nous avons calculé la quantité de carbone dans 67 466 arbres, représentant au moins 578 espèces différentes. Nous l’avons fait en appliquant des équations aux mesures des arbres. Les résultats indiquent que la densité de carbone stocké dans les arbres du Gabon est parmi les plus élevées au monde. En moyenne, les forêts anciennes du Gabon abritent plus de carbone par zone que les forêts anciennes d’Amazonie et d’Asie», assure le professeur associé d’écologie tropicale à Duke University.

De l’avis de John Poulsen, les grands arbres sont les géants vivants et respirants qui dominent les forêts tropicales, fournissant un habitat et de la nourriture à d’innombrables animaux, insectes et autres plantes. Ils pourraient également être la clé du ralentissement du changement climatique. Cependant, estime-t-il, les conditions environnementales ou les activités humaines peuvent avoir le plus grand impact sur les stocks de carbone forestier.

«Les facteurs environnementaux tels que la fertilité et la profondeur du sol, la température, les précipitations, la pente et l’altitude influencent souvent la quantité de carbone dans une forêt. De même, les activités humaines comme l’agriculture et l’exploitation forestière influencent également les stocks de carbone. Abattre des arbres pour le bois, défricher des terres pour l’agriculture ou pour la construction réduit la quantité de carbone stockée dans les forêts», souligne l’étude.