À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Congrès mondial de la nature de l’UICN

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Berlin, Allemagne, 7 septembre 2021

Le Président en exercice de la COMIFAC et  ministre camerounais des forêts et de la faune a porté la voix du bassin du Congo au symposium sur les forêts tropicales. Entre autres annonces, l'interdiction de l'exportation du bois sous forme de grumes dès janvier 2023 dans la zone CEMAC.

Communiqué de presse du 7 septembre 2021 | Objectif de la Conférence sur la forêt tropicale (Lien externe) est une meilleure protection des forêts pluviales dans le monde. Le bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. En collaboration avec des représentants des dix pays riverains, le ministre fédéral du Développement, Gerd Müller, a convenu d’un renforcement des mesures de protection.

Berlin, Allemagne, 7 septembre 2021

Le bassin du Congo est le 2e plus grand massif forêt tropicale du monde. Lors d’une conférence sur les forêts tropicales, dix pays africains riverains se sont engagés à renforcer la protection des forêts et la sylviculture durable.

Est-il possible d’organiser un grand rendez-vous mondial de manière équitable en temps de pandémie ? La question se pose de façon pressante en pleine réunion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille. Une partie de ses membres appelle à revoir l’organisation du congrès pour le rendre plus inclusif, par le biais d’une motion qui doit être débattue mercredi 8 septembre, et à laquelle la France s’oppose. En écho à ces préoccupations, plus de 1 500 organisations ont réclamé mardi le report de la conférence mondiale sur le climat (COP26) prévue en octobre en Ecosse, en estimant qu’elle ne pourrait être « ni juste ni inclusive ».

L’Union européenne a réaffirmé sa disponibilité à soutenir les efforts concertés des bailleurs pour les financements adéquats nécessaires à la protection des écosystèmes forestiers et zones humides des pays du bassin du Congo. C’est ce qu’a déclaré Mr Philippe MAYAUX, Chef de l’Equipe Biodiversité, à la Commission de l’Union Européenne.