À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Angola   Burundi   cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

LA PLATEFORME AFRICA TWIX DANS LES PAYS DE LA COMIFAC

Le réseau d’échange d’information : AFRICA-TWIX

C’est un ensemble d’outils internet pour faciliter l’échange d’information et promouvoir la coopération sous régionale entre les agences d’application de la loi et les Organes de Gestion CITES pour lutter contre le commerce illicite des produits de faune et de flore sauvage dans les pays de l’espace COMIFAC

AFRICA TWIX : Huit (08 ) pays enrôlés

  • Burundi
  • Cameroun
  • Congo
  • Gabon
  • République Centrafricaine
  • République Démocratique du Congo
  • Rwanda
  • Tchad

AFRICA-TWIX LA MAILING LISTE

  • Fonctionne à travers un groupe d’emails rassemblant l’ensemble des agents d’application de la loi connectés à la liste de diffusion AFRICA-TWIX;
  • 350 agents connectés via leur adresse email (échange d’information en temps réel)
  • Pas d’information nominale/sensible
  • Plus de 1790 messages échangés depuis le lancement du système en mars 2016

AFRICA-TWIX LE SITE WEB

  • Comprend entre autres
  • base de données: alimentée par les administrations d’application de la loi des Etats Partie avec 579 données de saisies
  • Période: 2011-2022
  • Les données sont la propriété des Etats et nécessitent pour leur diffusion hors du réseau une approbation préalable des Points Focaux des agences qui ont soumis les données

Plus d'informations sur: https://www.traffic.org/search/?q=AFRICA+TWIX

A propos

Six pays du Bassin du Congo appartenant à l’Espace de la Commission des Forêts Afrique Centrale (COMIFAC) ont reçu un Don du Fonds pour l'Environnement Mondial, pour le projet régional « CBSP – Partenariat pour la conservation de la biodiversité – Mécanismes de financement durable des aires protégées du bassin du Congo – PIMS 3447 ».

Mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ce projet régional vise à relever le défi du financement des Aires Protégées aux niveaux local, national et régional. Afin d’atteindre la viabilité financière à long terme des systèmes d’Aires Protégées et des écosystèmes associés, le projet soutient le renforcement des capacités et la mise en place de cadres institutionnels favorables, ainsi que la démonstration de mécanismes modèles, par le biais de projets pilotes.

Le projet est mis en place dans six pays du Bassin du Congo : le Camerounle Gabon,la Guinée Equatoriale,la République Centrafricainela République du Congo et la République Démocratique du Congo​.

Plus d'informations sur:

Financement des Aires Protégées Bassin du Congo (financeapbassincongo.org)

 

Contexte

Le TNS est né de l’accord de coopération signé à Yaoundé le 7 décembre 2000 entre les gouvernements de la République du Cameroun, de la République centrafricaine et de la République du Congo. L’objectif de cet accord est de mettre en place et de gérer, de façon collégiale, un complexe d’aires protégées transfrontalières dénommé Tri-National de la Sangha (TNS ). Le TNS comprend une zone intégrale de protection de 7 463 km² et une zone périphérique d’utilisation multiple de 27 500 km² où les activités extractives sont règlementées et la gestion participative des ressources naturelles expérimentée. A côté de la protection de la riche biodiversité forestière dont il regorge, le TNS fournit une large gamme de services écosystémiques aux populations locales, aux communautés autochtones, aux populations urbaines environnantes et à la communauté internationale à travers la séquestration du carbone. En juillet 2012, le TNS a obtenu le statut de « Site du Patrimoine Mondial Transfrontalier » de l’UNESCO. Depuis l’an 2000, des progrès significatifs ont été accomplis pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie intégrée d’utilisation des terres dans le but de mieux gérer les ressources forestières du TNS qui peut stabiliser la séquestration du carbone en générant des revenus nécessaires pour réduire le niveau d’extrême pauvreté qui prévaut dans la région. Néanmoins, pour avoir un impact transformationnel sur le maintien du stock de carbone et le bien-être des populations rurales du TNS, la mise en œuvre de cette stratégie nécessite le capital humain et technique ainsi que des capacités financières pour le moment insuffisantes. En réponse à ce défi, la Fondation pour le Tri-National de la Sangha (FTNS) a été créée le 9 Mars 2007 à la suite d’un processus participatif avec l’appui principalement de l’alliance Banque Mondiale/WWF pour la conservation des forêts et l’utilisation durable (WB/WWF alliance), la coopération technique allemande (GIZ), la «Wildlife Conservation Society » (WCS), la coopération française et CARPE (Programme sous régional d’Afrique centrale pour l’Environnement de l’USAID).

La FTNS est le premier fonds fiduciaire de conservation dans le bassin du Congo. Il est basé sur un partenariat multisecteurs innovant entre les trois gouvernements (Cameroun, Congo, Centrafrique), les donateurs bilatéraux, la société civile, les organisations de conservation et le secteur privé. La fondation se destine à être un mécanisme à long terme avec une structure légale et de gouvernance adaptée à la mobilisation de nouveaux types d’investisseurs et une politique de dons incluant un mécanisme transparent d’allocations assurant un partage équitable de celles-ci.

Le soutien de la coopération allemande via la KfW se matérialise par une contribution au capital du fonds fiduciaire de la FTNS et un apport financier pour la mise en œuvre de projets de développement d’infrastructures et équipements des parcs ainsi que des initiatives socioéconomiques au bénéfice des communautés riveraines. La finalité étant d’assurer la gestion effective des trois parcs nationaux dans le Tri-National de la Sangha y inclues des mesures transfrontalières d’une manière durable et d’améliorer les conditions de vie des populations autour des parcs nationaux afin de contribuer à la protection et l’utilisation durable des ressources forestières dans le bassin du Congo.

Approche et Axes d’intervention

La FTNS comme fonds fiduciaire travaille en étroite collaboration avec les gestionnaires des trois parcs nationaux du TNS, les administrations en charge des aires protégées et leurs partenaires techniques notamment le WWF (Cameroun et République centrafricaine) et le WCS (République du Congo) ainsi que des prestataires au niveau international pour s’assurer de la mise en œuvre des activités autour de cinq axes principaux d’intervention

  1. L’investissement du capital permet d’augmenter les ressources financières pour le fonctionnement des parcs nationaux
  2. Le développement des infrastructures, équipements et personnel de qualité pour assurer une gestion effective et efficace dans les trois parcs nationaux.
  3. Le développement des infrastructures scolaires, l’accès aux services médicaux, aux points d’eau potable et aux activités génératrices de revenus pour améliorer les conditions de vie des populations locales.
  4. L’amélioration des infrastructures d’accueils touristiques et le développement des partenariats avec le secteur privé pour mieux valoriser les atouts touristiques des parcs nationaux du TNS
  5. Le renforcement de la coopération transfrontalière entre les trois Etats parties pour une meilleure efficacité des actions de conservation et valorisation de la biodiversité dans le paysage du tri-national de la sangha

La population vivant autour des trois parcs est estimée à plus de 190 000 personnes, dont près de 20 000 pygmées, étroitement dépendant des ressources forestières. Elle se répartit dans trois principales circonscriptions administratives dans l’ensemble du paysage trinational de la Sangha notamment le Département de la Boumba et Ngoko en République du Cameroun, le Département de la Sangha en République du Congo et le Département de la Sangha Mbaéré en République centrafricaine.

Quelques Acquis de la FTNS

  • Transfert des ressources financières pour le fonctionnement des parcs
  • Les transferts annuels des fonds au parc à partir des revenus du capital de la FTNS sont passés de moins de 500 000 euros en 2016 à plus de 1 500 000 euros en 2020. Ce qui a permis aux trois parcs d’être plus efficace sur le plan de la lutte anti-braconnage et de la gestion globale de leur site.

Riposte contre la COVID 19

  • 450 000 euros de fonds d’urgences octroyés aux 3 parcs du TNS pour riposter contre la Covid-19 (150 000 par parc).
  • Plus de 2912 BaAka volontairement confinés en forêts grâce au fonds FTNS

 

  • Infrastructures et équipements des parcs :
  • + de 200 km de pistes d’accès aux parcs entretenus chaque année
  • Une vingtaine de ponts réhabilités dans les voies d’accès aux parcs
  • Plusieurs bâtiments administratifs construits ou réhabilités dans les trois parcs
  • Pistes des aérodromes à Bayanga (RCA et Congo) ainsi que des tarmacs la réfectionnés
  • Des systèmes d’adduction en eau potable construits ou réhabilités dans les trois parcs
  • Des centrales solaires pour la fourniture en énergie électrique construites
  • Des garages et magasins de stockages construits
  • Des dizaines de véhicules et motocyclettes tout terrain, des embarcations fluviales et plusieurs matériels de terrain acquis pour le personnel
  • Réhabilitation et équipement des centres de formation du personnel de Kongana (Centrafrique) et Ndoki (Congo)
  • Le centre écologique de Bomassa (Congo) entièrement réhabilité et équipé

 

  • Renforcement de capacité du personnel du parc:
  • + de 200 membres du personnel des trois parcs sont pris en charge financièrement et renforcés techniquement grâce aux ressources de la FTNS.
  • + de 10 sessions de formation sur diverses thématiques organisées chaque année
  • Infrastructures communautaires, accès aux services sociaux et activités génératrices de revenus:
  • Une dizaine de points d’eau potable construits
  • Le fonctionnement de trois centres de santé proches des parcs nationaux entièrement pris en charge par la FTNS et permettant l’accès aux soins de santé à plus de 5000 personnes chaque année;
  • Trois initiatives de foresterie communautaire appuyées
  • Plusieurs initiatives appuyées dans le secteur agricole (vergers, tubercules, légumes …)
  • Appui à l’installation de 4 ha de champs entourés d’une barrière électrique au bénéfice de 59 ménages dans le parc national de Nouabale Ndoki
  • Promotion de l’agriculture durable dans les APDS et le PNL à travers le projet k.
  • Infrastructures d’accueils touristiques :
  • Construction d’un bâtiment pour restauration des touristes au parc national de Nouabalé Ndoki
  • Réhabilitation des miradors dans les trois parcs
  • Construction de plusieurs plateformes d’accueils des touristes dans les trois parcs
  • Réhabilitation des voies d’accès aux lieux touristiques
  • Appui à la production d’une stratégie de promotion de l’écotourisme dans le TNS
  • Renforcement de la coopération transfrontalière :
  • Appui aux fonctionnement de la Brigade tri-nationale et des patrouilles transfrontalières entièrement prises en charge (+ de 3 500 ho/j par an)
  • Appui annuel à la mise en œuvre de plus de 1200 patrouilles de Lutte Anti braconnage des 3 parcs
  • Construction puis réhabilitation des infrastructures du quartier général de la Brigade tri-national (BLAB TNS)
  • Embarcations fluviales, matériels de terrain et de bureaux, installation Internet pour la Brigade tri-nationale
  • Appui à l’instauration d’un cadre de circulation des touristes dans les trois parcs avec un seul visa
  • Appui à l’opérationnalisation du comité scientifique trinational
  • Plusieurs réunions des instances de gouvernance organisées
  • Appui à la promotion du système de surveillance SMART dans le TNS
  • Promotion des droits humains et de la cohésion sociale:
  • Appui à l’élaboration et à la mise en œuvre de 02 mécanismes de plaintes dans le Parc National de Lobéké et les Aires Protégées de Dzanga Sangha
  • Construction d’un stade de football à Bayanga
  • Plus de 2000 actes de naissance octroyés aux populations autochtones.
  • Promotion de l’éducation et des activités génératrice de revenus
  • Appui à la scolarisation indirecte et directe de plus de 5000 enfants dans le TNS
  • Prise en charge annuelle de plus de 70 enseignants
  • Construction d’une école primaire à Bomassa
  • Formation d’une vingtaine de jeunes des villages riverains du Parc National de Lobéké à la production de briques de terre cuite. (Plus de 160,000 briques produites)
  • Appui à la sensibilisation éducative et la scolarisation de plusieurs jeunes enfants BaAka.