À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Angola   Burundi   cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Actualités

Séoul, République de Corée du Sud, le 02 mai 2022- Le ministre en charge des Eaux et Forêts, Lee White, a présenté, au forum ministériel du Congrès mondial de la foresterie, les politiques fiscales et financières du Gabon liées au climat et à l’environnement, appelant à un intérêt mondial accru pour la foresterie.

Séoul, Corée du Sud, 03 mai 2022- Le 2 mai 2022, s’est tenu dans le hall D du Centre de conférence du Congrès, le Forum Ministériel sous le thème « Finance forestière ». Deux ministres des pays membres de la COMIFAC ont fait partie des panelistes à cette session de haut niveau à savoir : Madame Rosalie MATONDO, Ministre de l'Economie Forestière et du Développement Durable du Congo et Professeur Lee WHITE, Ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des Terre du Gabon.

Veuillez trouver ci-joint le programme des évènements dans le Pavillon CEEAC-COMIFAC à la 15e Session du Congrès Forestier Mondial qui se tient au Séoul, Corée du Sud du 02 au 06 Mai 2022.

Séoul, République de Corée du Sud, 02 mai 2022- Le 15e Congrès forestier mondial s’est ouvert au Centre des conventions et des expositions (COEX). Y prennent part notamment, des représentants de toutes les régions et de tous les secteurs, y compris les secteurs publics et privés, les Organisations Non Gouvernementales, les Organisations de la Société Civile.

Lorsqu’en 2010, les gouvernements du monde se sont engagés à augmenter la couverture des aires protégées à 17% de la surface terrestre mondiale, plusieurs pays d’Afrique centrale avaient déjà instauré la protection de 25% de leurs savanes à des fins de conservation. Pour évaluer l’efficacité de ces outils, des chercheurs ont analysé les résultats de 68 enquêtes menées dans les sept principaux parcs nationaux de savane d’Afrique centrale (1960-2017) ainsi que les informations sur les pressions potentielles impactant la population de grands herbivores (pluviométrie, nombre de gardes) et sur le nombre et les revenus des touristes.