À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Actualités

Si rien n’est fait, la forêt du bassin du Congo pourrait bientôt émettre beaucoup plus de CO2 qu’elle n’en capte. Selon les résultats d’une étude scientifique menée dans les forêts tropicales africaine et américaine, la mortalité excessive des arbres, provoquée par la sècheresse et l’action de l’homme, libère une quantité considérable de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Une quantité de gaz qui sera bientôt supérieure à celle absorbée par les forêts, mettant ainsi en péril, les accords de Paris sur le climat.

Berlin, 5 mai 2020 – Il s’est tenue une conférence virtuelle des partenaires engagés dans la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale. La réunion était présidée par l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, et modérée par le Dr Dany Pokem, Coordonnateur technique des communications, membres et réunions du PFBC.

Le Gabon promet de contribuer à la préservation de 30 % des Terres et 30 % des Océans à l’horizon 2030. Cet objectif a été fixé le 22 avril 2020 au cours d’une conférence internationale à laquelle a pris part le ministre gabonais de l’Environnement et du Développement durable.

La réunion qui s’est déroulée par visioconférence, consistait à définir un cadre mondial post-2020 sur la biodiversité à la hauteur des enjeux actuels de la planète.

Yaoundé, 27 avril 2020 - Depuis 2007, plus de 50 pays ont mis en place leur stratégie de REDD+, de nombreux gouvernements infranationaux se sont officiellement engagés à réduire la déforestation, et plus de 350 projets et programmes ont été mis en œuvre dans les tropiques. Cependant, jusqu'à présent, peu d'études ont été entreprises pour mesurer objectivement comment cette initiative a contribué à réduire les émissions causées par la déforestation et la dégradation des forêts.

La République du Congo vient de se doter, le 10 avril dernier, d’une nouvelle législation forestière visant à améliorer la gouvernance du secteur. Pour les experts, des inquiétudes subsistent en matière de reddition des comptes sur la redistribution et l’utilisation des revenus.

Après dix longues années de tractation, le projet de révision du code forestier a finalement été approuvé par les deux chambres du parlement congolais. Cette nouvelle législation renferme un « paquet » de mesures visant l’augmentation de la contribution du secteur forestier à l’économie nationale, la création de l’emploi et l’accroissement de l’industrie locale.